LE FUSIL GRAS

<= L'armée française de l'été 14


Origine: Ce fusil conçu par le capitaine Gras a été adopté en France en 1874, en remplacement du fusil chassepot. De calibre 11mm, encore à poudre noire, il représente un progrés considèrable avec l'adoption de la cartouche métallique. De plus, il suffisait d'un rechambrage pour adapter les fusils Chassepot dont les stocks étaient encore considérables.Il restera l'arme d'épaule standard de l'armée française jusqu'à l'adoption du Lebel en 1886. On a trois modèles différents quant à leur origine:

Modèle 1866-74T: on a une transformation du fusil Chassepot par rechambrage, le canon de l'arme étant encore en bon état. Il est procédé à l'alésage de la chambre et une pièce cylindrique est emmanchée à force dans cette alésage. 

Mle 1866-74N: on a une transformation du fusil Chassepot par recanonnage, le canon de l'arme étant en mauvais état. Il est procédé à son échange complet et au fraisage du logement de l'extracteur sur la boîte de culasse. 

Dans les deux cas la culasse est remplacée et matriculée, l'arme est bronzée, la hausse est remplacée, la baguette de nettoyage est modifiée et un taquet destinée a recevoir la partie filetée de la baguette est brasé sur l'embase avant du pontet.

Modèle 1874 natif: arme construite neuve.

Outre le fusil il existait une carabine de cavalerie et un mousqueton d'artillerie dérivés.

Le soldat était doté d'une giberne contenant une partie des 78 cartouches de dotation, le reste étant emporté dans le sac, puis à partir de 1877 de deux cartouchières contenant des paquets de six cartouches.


Le fusil Gras:

Mécanisme du fusil gras:

Mécanisme du fusil gras

Contrairement au fusil chassepot, le chien du fusil gras s'arme tout seul quand on ouvre la boite de culasse et que l'on tire le verrou en arrière. Le percuteur est aussi nettement plus solide que l'aiguille, point faible de l'ancienne arme. Un cran de sureté permet de conserver l'arme chargée sans cependant garder le chien en position du bandé. Un dispositif extracteur permet d"éjecter la douille lors du rechargement. 

Mécanisme déposé du fusil gras

Mécanisme de détente

Canon en acier puddlé fondu: Il a la même forme et les mêmes dimensions  que celui du fusil chassepot, hormis la forme de la chambre. Il s'agit d'un tronc de cone qui va en s'amincissant du tonnerre à l'embouchure.

Canon du fusil gras

Boite de culasse:

Boite de culasse du fusil gras

Appareil de détente:

Appareil de détente

Appareil de fermeture: cylindre (à gauche) et tête mobile (à droite)

Appareil de fermeture - cylindre     tête mobile

Le percuteur et le manchon qui le relie au chien: Le percuteur est une tige d'acier de 7,1mm de diamètre, sur lequel un épaulement sert d'appui au ressort. Le ressort à boudin est fabriqué avec un fil d'acier de 1,5mm de diamètre pour 75mm de longueur (20 spires). A l'armé il exerce une force de 13kg environ

Percuteur

Chien et manchon: le manchon sert à relier la percuteur au chien. Il affecte donc une forme en T qui correspond en creux à celle de l'extrémité postèrieure du percuteur.

Le chien    Fusil gras manchon 

Extracteur:

Extracteur

Hausse: elle se compose d’un pied brasé à l'étain, d’une planche mobile et d’un curseur à rallonge. La graduation va jusqu'à 1800m (pour le tir de salve).Les crans de mire du curseur et ceux de la planche ne se trouvent pas exactement dans le plan du tir, mais sont déviés à gauche de quantités variables pour chaque cran pour corriger les déviations dues à la dissymétrie de l’arme.

Hausse du fusil gras

Monture: Elle permet de loger et de relier les pièces de l'arme ainsi que d'épauler

Monture du fusil gras

Baguette: elle permet de nettoyer l'arme et de décharger l'arme en cas de douille coincée

Baguette du fusil gras

Embouchoir avec son ressort de fixation: Il permet de maintenir le canon sur le bois prés de la bouche

Embouchoir du fusil gras

Grenadière avec son ressort de fixation: elle permet de maintenir le canon en son milieu et porte l'un des battants auxquels s'attachent la bretelle (l'autre battant se fixe sur la crosse)

Grenadière du fusil gras

Bouterolle et pontet:

Bouterolle et pontet du fusil gras

Nécessaire d'armes:

Nécessaire d'armes du fusil gras


Cartouches métalliques: La douille est en laiton embouti et présente un culot massif au centre duquel est aménagé un logement pour l'amorce. Celle-ci se compose de l'amorce proprement dite en cuivre rouge chargée de fulminate, maintenue par un couvre amorce en laiton (maintien et étanchéité). Lors du tir la capsule s'écrase contre l'enclume f et le feu se propage par les évents h. La balle légèrement tronconique est en plomb pur comprimé entouré d'un papier enveloppe, pour éviter le plombage des rayures. Un léger évidement à l'arrière sert à loger le tortillon que l'on forme pour fixer le losange de papier enveloppe. Elle repose sur une rondelle de feutre gras (4mm d'épaisseur) entouré de deux rondelles de papier glacé (0,6mm d'épaisseur). La balle est ensuite sertie dans la cartouche puis graissée par un bain de graisse trés chaud (graissant la balle et la moitié du papier enveloppe, en évitant avec soin de graisser le métal de la cartouche, ce qui peut amener la rupture pendant le tir). Types
  • Modèle 1874 à balle cylindro-ogivale en plomb pur (25 gr) et charge de 5,25 gr de poudre F1
  • Modèle 1879 à balle cylindro-ogivale en plomb pur (25 gr) et charge de 5,25 gr de poudre F1 ou F3
  • Modèle 1879-83 à balle à méplat en plomb durci (25 gr) et charge de 5,25 gr de poudre F1
  • Modèle 1874-79 à blanc sans balle chargée de 5,25 gr de poudre B, F1 ou F3 ou 4,5 g de poudre à fusil ordinaire
  • Modèle de tir réduit à balle sphérique en plomb pur de 8,7 g chargée de 0,4 gr de poudre B, F1 ou F3

Cartouches du fusil gras

Cartouche d'époque du fusil gras

Cartouchières 1877:


Fusil gras culasse ouverte

Fusil gras culasse fermée


Baïonnette du fusil gras: Il s'agit d'une épée baïonnette équipant le fusil et le mousqueton d'artillerie. La carabine de cavalerie n'a pas de baïonnette, tandis que la carabine de gendarmerie est équipée d'une baïonnette à douille quadrangulaire. 

Baïonnette du fusil gras

Epée baïonnette du fusil Gras

Baïonnette gras avec son fourreau

Baïonnette gras - manche


Balistique: La hausse de combat est de 200m, la portée efficace est de 1500m, tandis que la portée maximale sous un angle de 30° est de 3000 à 4000m selon la température.

Flèches à mi-portée:

Fléches des armes du système gras

Zones dangereuses:

Zones dangereuses du fusil gras et dérivés

Ordonnées de 100m en 100m des différentes trajectoires pour une température de 20°C et sous 760mm de mercure:

Trajectoires des balles de fusil gras

Angles des trajectoires et durée:

Angles des trajectoires


Renseignements sur les fusils, carabines et mousquetons français des années 1870:

Renseignements numériques sur les armes du système Gras

Renseignements numériques sur les fusils des autres puissances européennes des années 1870:

Comparatif armement des nations européennes


Evolution: Au début de la grande guerre une modification du canon permit au fusil gras de tirer la cartouche 8mm Lebel. D'une manière générale les fusils gras tout modèles confondus furent distribués aux troupes de seconde ligne, territoriaux et garde-voies, et restèrent en dotation durant tout le conflit. En 1915 450000 exemplaires seront fournis à la Russie tsariste et durant tout le conflit de nombreux exemplaires serviront à fabriquer des lance-fusée pour notre armée de terre ou des lance-amarres pour notre marine. 

Sentinelle de la territoriale armée du fusil Gras postée sur les bords de la Marne - 1914


Sentinelle de la territoriale renseignant des soldats anglais - 1914

Aprés la guerre les fusils gras seront définitivement retirés du service. En nombre encore trés importants (ils n'ont pas connu de pertes au front) Ils seront revendus en Afrique ou bien à nos armuriers civils qui les adapteront comme armes de chasse.


Sources: Les armes françaises
Manuel du fusilier marin - Librairie J.Dumaine - 1877

Collection du journal L'image de la guerre