LA CAMPAGNE D'ITALIE

<= L'armée française de l'été 14


Napoléon III va mener une politique en faveur de la réunification de l'Italie, au dépends de l'Autriche. En 1858 il propose son aide au royaume de Piémont-Sardaigne pour la réalisation d'un état d'Italie du Nord, en échange du duché de Savoie et du comté de Nice, ainsi que du maintien du pouvoir temporel du pape à Rome. Une alliance officielle est signée en janvier 1859.

En avril 1859, suite à un ultimatum, l'Autriche déclare la guerre au royaume de Piémont-Sardaigne. Engagé par son traité, la France entre en campagne contre les troupes autrichiennes. Aprés avoir laissé la régence à l'impératrice, Napoléon III prit lui même le commandement de l'armée envoyée en Italie. Aprés les batailles de Montebello, Palestro, Magenta et Solférino, en mai et juin 1859, Napoléon III décide d'arrêter les combats, pourtant victorieux, suite aux pertes françaises importantes, mais aussi par crainte d'un enlisement du conflit alors que le Prusse mobilise. De plus, comme en Crimée, les troupes françaises partirent en Italie sans préparation. 

Français et Italiens à Magenta - 4 juin 1859:

Bataille Magenta

Napoléon III visite les blessés au soir de la bataille de Solférino - 24 juin 1859:

Napoléon III visite les blessés au soir de Solférino

Aprés une rencontre au sommet entre les empereurs François-Joseph et Napoléon III à Villafranca, l'Autriche accepte de céder la Lombardie, mais obtient de garder la Vénétie. L'armistice est signé en novembre 1859, mais les foyers de révoltes éclatent partout sous l'entremise de Garibaldi, les duchés italiens s'allient dans un mouvement unitaire, jusqu'à la proclamation du royaume d'Italie en 1861. Néanmoins pour contenter le parti catholique ultra-montain, Napoléon III garde quand même des troupes à Rome, pour sauver ce qui reste du pouvoir temporel des papes. L'unification totale de l'Italie ne se fera qu'en 1870, aprés l'évacuation des troupes françaises. Ainsi, aprés avoir aidé l'Italie, la France devint un obstacle à son unification. 

Le bilan est finalement assez mitigé. L'hostilité de la Prusse et de l'Autriche s'est aggravé, l'abandon de la campagne pour un armistice a déçu ses alliés Italiens, même s'ils lui doivent beaucoup et lui sont reconnaissants. En revanche, l'annexion de la Savoie et du comté de Nice est entérinée par le traité de Turin en 1860.

Entrevue entre napoléon III et François-Joseph à Villafranca:

entrevue entre Napoléon III et François-Jospeh à Villafranca

Fantassin de la campagne d'Italie: Il est armé du fusil modèle 1857, avec baïonnette modèle 1847 et sabre de troupes à pied modèle 1831. Il n'a pas de cartouchières ventrales mais une giberne

Garibaldi - chef des volontaires italiens: à cause de leur habillement, ils avaient reçu le nom de chemises rouges

Garibaldi chef des volontaires italiens